Les autres sites en mer

# Eolien flottant Groix-Belle-ÎleAnalyse du débat public par la fédération d’associations Gardiens du Large

Gardiens du Large

« L’analyse porte sur la qualité du débat, et de ses 4 composantes : information, confrontation contradictoire, réunions publiques, et prise en compte de l’avis des citoyens. Il s’avère que l’organisation du débat a failli sur les 3 premiers points. Quant à l’avis des citoyens, le mode d’expression « Cahiers d’acteurs » réservé aux personnes morales, a été complétement biaisé par l’ajout, pour plus de la moitié, de documents qui ne sont que des publicités émanant de parties prenantes ou candidates à l’appel d’offre.

« On peut affirmer que le débat tel que prévu par la loi n’a pas eu lieu. La procédure d’attribution du parc éolien ne saurait donc être lancée à l’issue de ce faux débat. »

TELECHARGER : Gardiens du Large Analyse Débat Public


# Fécamp o Arromanches-Courseulles o La Baule-St-Nazaire 10 milliards d’impôts français vont désormais financer la rentabilité d’un fonds de pension canadien !

20 mai 2020, Communiqué commun aux associations des trois sites

Initialement détenue à 60% par EDF et 40% par son homologue danois DONG, la société Eolien Maritime France bénéficiait d’un prix garanti élevé de l’Etat pour permettre à EDF d’acquérir l’expertise de son voisin Dong Energy. Mais en 2016, EDF a réduit sa propre position et Dong Energy a disparu au profit du canadien Enbridge, spécialiste du transport de pétrole par oléoduc… La société EMF – Eolien Maritime France, qui a gagné ces trois contrats juteux en 2012, voit désormais son actionnariat quitter l’Europe à 50% et accueillir cette semaine le fonds de pension canadien CPP Investments, qui gère la retraite de 20 millions de Canadiens.

LIRE le communiqué  Communique DLM20200520


# Arromanches-CourseullesFeu vert de la préfecture de Normandie au complexe éolien de Courseulles-sur-Mer

20minutes17 octobre 2016. Après les recours déposés contre les projets de construction des centrales éoliennes en mer de St Nazaire et de Fécamp, huit associations engagent un recours contre le projet de centrale devant Arromanches et Courseulles, le long des plages du Débarquement.

D-Day Heritage, la Fédération Environnement Durable, Robin des Bois, Vent de Colère, la Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France, Belle Normandie Environnement, et le GRAPE, se sont jointes à l’association Libre Horizon pour déposer un recours contre un projet qui va profaner un cimetière marin où des milliers de soldats ont donné leur vie le 6 juin 1944 pour sauver la France, et qui aura des incidences négatives majeures sur l’environnement, sur la pêche, sur la sécurité maritime, auxquelles s’ajoutent les effets cumulés et transfrontaliers des emprises éoliennes et de leurs installations périphériques sur les écosystèmes, les ressources halieutiques, les mammifères marins, les oiseaux.

Lire le communiqué complet : Communiqué de presse Libre Horizon 17 octobre 2016


# Côte d’Albâtre : Feu vert de la préfecture de Normandie au complexe éolien de Fécamp

Les Petites DallesEn avril (2016), c’est la préfecture de Normandie qui a autorisé le complexe éolien au large de Fécamp : 83 éoliennes d’une hauteur de 175 m sur une superficie de 65 km2 à 13 km de Fécamp, 17 km des Petites Dalles.

Le projet est désormais dans la phase où les associations opposantes peuvent intervenir plus directement. L’association de protection du site des Petites Dalles envisage d’introduire un recours contentieux contre cet arrêté préfectoral.

En savoir plus :  http://france3-regions.francetvinfo.fr/haute-normandie/seine-maritime/pays-de-caux/sassetot-le-mauconduit-76-une-association-defend-un-autre-horizon-que-celui-des-83-eoliennes-1016649.html

# La Baule : Feu vert de la préfecture de Loire-Atlantique au complexe éolien du banc de Guérande

le-port-du-croisic

En mars dernier (2016), la préfecture de Loire-Atlantique a donné son feu vert au complexe éolien sur le banc de Guérande (80 éoliennes à 12 km du littoral).

L’association environnementale PROSIMAR et le collectif Défense De La Mer (DLM) dénoncent cette décision.
« Le début du texte de la décision préfectorale commence par expliquer que c’est « dans le but de réduire les effets de gaz à effet de serre » dans le cadre d’une politique énergétique nationale et européenne.

On sait parfaitement que ce projet, non seulement ne réduira pas la production de gaz à effet de serre mais, au contraire, par son intermittence, il imposera de faire appel à des moyens de production qui font appel à des ressources comme le pétrole, le gaz ou le charbon. Le premier argument est un argument de communication politique et cela n’a rien à voir avec une décision rationnelle et argumentée ».

Lire l’interview d’Alain Doré dans La Baule+ (en page 6). http://www.labauleplus.fr/pdf/2016/mai2016 /files/assets/common/downloads/publication.pdf

Communiqué de Presse des associations qui dénoncent le projet de Courseulles

Libre Horizon et les 53 associations membres de Basse Normandie Environnement (BNE) s’associent dans leur opposition à l’installation de 75 éoliennes en mer à seulement 10 km des plages du Débarquement et des vestiges marins du port artificiel d’Arromanches.
Lire le communiqué de presse qui recense les nombreuses raisons d’être contre ce projet.  http://www.libre-horizon.com/spip.php?article249

COURSEULLES Infographie Ouest FranceLire la contribution de Basse-Normandie Environnement à l’enquête publique pour signifier son opposition radicale aux éoliennes côtières face au port d’Arromanches et aux plages du débarquement.  COURSEULLES Courrier BNE pour le CE


# Le Parc Naturel Marin des estuaires picards dit NON au projet éolien de Dieppe-Le Tréport

Le 20 octobre, le parc naturel marin des estuaires picards a voté en défaveur du projet éolien en mer de Dieppe-Le Tréport, mais l’avis final reviendra à l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB). Dominique Godefroy, président du parc, menace d’être démissionnaire si l’avis des acteurs régionaux n’est pas pris en compte par l’AFB.

Ponctuation  Olivier Becquet, Président de la commission environnement du comité des pêches de Normandie

« Cette décision prouve qu’au niveau du territoire, les gens n’en veulent pas. La société prend conscience qu’il faut défendre l’environnement marin et nous sommes contents que les membres du PNM aient pris cela en compte »

Ponctuation  Laurent Jacques, maire du Tréport

« Par 20 voix pour, 2 abstentions et 34 voix contre, cette institution a très clairement montré son opposition à ce projet. Les représentants du parc marin, dont je fais partie au titre de la Communauté de Communes des Villes Sœurs, ont ainsi tenu compte du point de vue des acteurs locaux, massivement opposés à ce projet préjudiciable à la pêche, au tourisme et qui ne permet pas de créer des emplois locaux. »

Ponctuation  Emmanuel Maquet, député de la Somme et membre du conseil de gestion du parc

« Je ne suis pas contre les éoliennes, car elles sont nécessaires dans le cadre de la transition énergétique. Mais la procédure est à revoir. L’État ne peut pas choisir unilatéralement une zone d’implantation, sans prendre en compte les spécificités locales […]. C’est à la fois un soulagement et une extrême satisfaction que d’avoir contribué à faire échouer ce projet. »

Le parc naturel marin a été consulté car le projet éolien se situe pour un tiers sur son périmètre. Auparavant, via leurs avis conformes, les parcs avaient autorité sur les activités susceptibles d’altérer de façon notable le milieu marin de leur périmètre. Mais ce pouvoir est désormais transféré à l’AFB qui rendra un avis conforme le 27 novembre prochain. Si l’AFB suit le vote du parc, le projet éolien ne pourra être autorisé en l’état et les services de l’Etat seront tenus de rejeter la demande d’autorisation.

LIRE l’article d’Actu Environnement  https://www.actu-environnement.com/ae/news/eolien-offshore-impacts-environnementaux-dieppe-treport-parc-marin-29907.php4


# Un recours a été déposé contre l’arrêté préfectoral Loi sur l’eau autorisant la construction du parc éolien en mer de COURSEULLES-ARROMANCHES

20minutes17 octobre 2016. Après les recours déposés contre les projets de construction des centrales éoliennes en mer de St Nazaire et de Fécamp, huit associations engagent un recours contre le projet de centrale devant Arromanches et Courseulles, le long des plages du Débarquement.

D-Day Heritage, la Fédération Environnement Durable, Robin des Bois, Vent de Colère, la Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France, Belle Normandie Environnement, et le GRAPE, se sont jointes à l’association Libre Horizon pour déposer un recours contre un projet qui va profaner un cimetière marin où des milliers de soldats ont donné leur vie le 6 juin 1944 pour sauver la France, et qui aura des incidences négatives majeures sur l’environnement, sur la pêche, sur la sécurité maritime, auxquelles s’ajoutent les effets cumulés et transfrontaliers des emprises éoliennes et de leurs installations périphériques sur les écosystèmes, les ressources halieutiques, les mammifères marins, les oiseaux.

Lire le communiqué complet : Communiqué de presse Libre Horizon 17 octobre 2016


# Les projets d’usines éoliennes en mer en France en 2015

(Source : France Energies marines)
France énergies Marines