Hydrolien

# « Nous espérons lancer les études préalables dans le courant de l’année, mais la filière devra de son côté tirer le retour d’expérience des premiers démonstrateurs. » Sébastien Lecornu

29 janvier 2018Dans une interview donnée le 29 janvier 2018 à Philippe Rodrigues (Enerpresse) et diffusée par le site d’échanges de documents en ligne SCRIBD, Sébastien Lecornu, Secrétaire d’État, auprès du Ministre de la transition écologique et solidaire interrogé à propos de l’appel d’offres sur l’hydrolien déclare : « Nous espérons lancer les études préalables dans le courant de l’année, mais la filière devra de son côté tirer le retour d’expérience des premiers démonstrateurs. »
https://fr.scribd.com/document/370045799/Entretien-Sebastien-Lecornu

L’importance du retour d’expérience avait été souligné par la DREAL Bretagne dans son bilan de la consultation du public sur les « Travaux préparatoires à un appel d’offres pour une ferme commerciale d’hydroliennes de 50 à 100 MW dans le passage du Fromveur » (Ouessant, Finistère), automne 2017. http://www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/17_12_11-rap-consult-planif-hydro-fromveur_vf.pdf

Sabella Ouessant

Hydrolienne Sabella, Ouessant

Le Ministre dispose déjà des informations concernant les performances réalisées par Sabella dans le Fromveur. L’hydrolienne D10 a en effet été raccordée au réseau de l’île, et ENEDIS détient nécessairement les chiffres de production et de consommation de la machine.

2011 Hydrolienne Paimpol

Hydrolienne EDF-NAVAL Group, Paimpol-Bréhat

En ce qui concerne l’expérimentation menée sur le site de Paimpol-Bréhat par EDF puis NAVAL Group, les hydroliennes n’ont pas été raccordées au réseau, ce sont les données enregistrées par ces opérateurs qui doivent être prises en compte. Ces données peuvent être utilement complétées par celles de l’hydrolienne expérimentée au Canada dans la baie de Fundy par la société Cape Sharp Tidal, filiale de NAVAL GROUP et du canadien EMERA.

Le Ministre dispose donc de toutes les données permettant d’évaluer l’intérêt de lancer un appel d’offres, et au delà, de prendre des décisions sur l’avenir d’une filière très médiatique mais jusqu’ici peu productive, dans laquelle ont été probablement englouties plusieurs centaines de millions d’euros.


# Naval Energies supprime 100 postes

Ouest France, 30 novembre 2017. Naval Energies, filiale de Naval Group, annonce supprimer 100 postes sur 260 alors qu’à Cherbourg, la première usine au monde dédiée à la fabrication d’hydroliennes océaniques est en cours de construction, un projet fortement soutenu par les collectivités publiques (Région, Département, Agglomération et Ville).

hydroliennes-naval-energies-reduit-la-voilure

30 salariés de Naval Energies vont être transférés vers Naval Group et 70 salariés d’OpenHydro, filiale en Irlande, verront leur poste supprimé.

D’une capacité de production de 25 hydroliennes par an, l’usine de Cherbourg doit entrer en service en mars 2018, les recrutements des salariés (une quarantaine) ont démarré il y a quelques semaines. L’usine devra livrer fin 2018 une machine pour le Japon, puis en 2019, une deuxième pour le Canada. La fabrication des machines pour le Raz Blanchard doit commencer en 2019, une fois la commande d’EDF confirmée.

https://www.ouest-france.fr/normandie/cherbourg-en-cotentin-50100/hydroliennes-naval-energies-reduit-la-voilure-5414756/amp


# OpenHydro en baie de Fundy. Pas d’immersion avant l’été 2018

Newark Times, 2 novembre 2017. Cape Sharp Tidal vient d’annoncer qu’elle ne déploierait pas d’autre hydrolienne dans le passage Minas, près de Parrsboro, en Nouvelle-Écosse, avant l’été prochain « lorsque le temps sera plus calme et plus prévisible ».

OpenhydroLe 7 novembre 2016, Cape Sharp avait immergé une première hydrolienne sur son site d’essai dans le passage Minas. L’hydrolienne, après avoir produit de l’électricité quelques mois, a du être arrêtée en avril 2017 afin de permettre des réparations à terre. Il a fallu près de deux mois à Cape Sharp pour sortir l’hydrolienne de l’eau à cause d’une ligne d’amarrage emmêlée autour de la base.

Cape Sharp affirme que des travaux sont en cours pour améliorer « l’efficacité et la fiabilité » de la deuxième hydrolienne qui sera celle remise à l’eau. La porte-parole de Cape Sharp, Stacey Pineau a refusé dans un courriel de préciser la nature des travaux. « Les améliorations spécifiques que nous apportons font partie de notre propriété intellectuelle confidentielle ».

Stacey Pineau a toutefois déclaré que des dispositifs permettant de détecter la présence de poissons et de mammifères marins à moins de 100 mètres de l’hydrolienne étaient en cours de réparation ou de remplacement.

Le dernier rapport de Cape Sharp sur son programme de surveillance des effets sur l’environnement, publié le 18 octobre dernier, révèle qu’il y a eu de nombreux problèmes au cours des cinq mois précédant la déconnexion de l’hydrolienne.

‼ l’un des quatre hydrophones n’a fonctionné que par intermittence, tandis qu’un autre est tombé en panne peu de temps après l’immersion ;

‼ les sonars d’imagerie ont pointé sur le fond marin au lieu de capter les mouvements des poissons et des mammifères marins dans la colonne d’eau ;

‼ les interférences électriques ont provoqué des interruptions dans la transmission des données vers les ordinateurs basés à terre brouillant l’analyse des données ;

‼ une caméra vidéo placée sur l’hydrolienne a été endommagée peu de temps après l’immersion et n’a donc pu enregistrer aucune séquence.

Darren Porter, un pêcheur de homards qui parle pour l’association Fundy United, se demande pourquoi l’hydrolienne a été autorisée à fonctionner pendant sept mois alors qu’un si grand nombre de ses dispositifs de surveillance ne fonctionnaient pas correctement.

https://warktimes.com/2017/11/02/cape-sharp-tidal-announces-delay-in-deploying-another-fundy-turbine/


# Hydroliennes. Naval Energies et EDF annoncent officiellement l’abandon du site de Paimpol-Bréhat.

Le Télégramme, 7 novembre 2017. EDF et Naval Energies (filiale de Naval Group, ex-DCNS) stoppent leur cycle d’expérimentation d’hydroliennes devant Paimpol-Bréhat.

Les essais se poursuivent au Canada, en baie de Fundy (projet Cape Sharp mené par Naval Group), et gardent pour objectif la ferme-pilote du Raz Blanchard (7 hydroliennes). « Une fois la technologie confirmée sur le projet expérimental canadien, EDF sera en capacité de lancer la phase industrielle du projet Normandie Hydro », résumait, hier après-midi, le service de communication de Naval Group.

http://www.letelegramme.fr/bretagne/hydroliennes-openhydro-fin-de-l-experimentation-a-paimpol-brehat-06-11-2017-11730436.php


# Consultation du public sur l’identification d’une zone pour une ferme commerciale d’hydrolienne dans le passage du Fromveur (Finistère) 

Potentiel-hydrolien-nord-Bretagne

Le 22 mars 2017, à l’occasion des dernières assises nationales des énergies renouvelables en mer, Ségolène Royal a confié au préfet de Bretagne la mission d’identifier le périmètre précis de zones permettant d’accueillir des fermes de 50 à 100 MW, assorties le cas échéant de l’étude d’une tranche complémentaire, en concertation avec les acteurs locaux et le public.
Consultation du public sur… – Préfecture maritime Atlantique

TELECHARGER le document soumis à consultation 20171013_doc_consult_crml_public-v4_vfinal

LIRE la REPONSE de  Jean-Pierre Le Gorgeu

LIRE la REPONSE de Jean-Pierre Pervès

LIRE la REPONSE de Jean-Pierre Abalain

Les avis émis sont disponibles sur le site de la DREAL Bretagne en cliquant sur ce lien.


# Les hydroliennes de Bréhat parties dans la baie de Fundy au Canada ont perdu 10 anodes  d’1 mètre de long !

Deux hydrolienne DCNS ont été installées par Cape Sharp Tidal, coentreprise créée par Emera et OpenHydro (DCNS), dans la baie de Fundy au Canada en novembre 2016. Les deux hydroliennes sont aujourd’hui à terre.

The New Wark Times 23 août 2017 https://warktimes.com/2017/08/23/cape-sharp-tidal-cant-say-when-its-turbine-will-go-back-in-the-water/

DCNS-Openhydro 2MW

L’hydrolienne récupérée le 15 juin 2017, est toujours en cours de réparation et de mise à niveau dans le port de Saint John. L’entreprise ne sait pas quand elle pourra être de nouveau immergée sur son site d’essai. « Depuis la récupération de l’hydrolienne, nous avons pris le temps nécessaire pour effectuer un bilan complet de l’unité dans le port », a déclaré Stacey Pineau par e-mail au nom de l’entreprise, ajoutant que l’extérieur de l’hydrolienne est en bon état, mais les courants forts dans le Passage de Minas ont détaché 10 anodes de trois pieds de long du rotor.

Stacey Pineau a déclaré que la deuxième turbine de Cape Sharp est également soumise à des modifications à Saint John, et que l’entreprise ne peut pas dire quand elle pourra être ré-immergée.

En attendant, dans sa première Newsletter http://capesharptidal.com/wp-content/uploads/2017/08/Cape-Sharp-Tidal-community-newsletter-Sept-2017.pdf publiée aujourd’hui, Cape Sharp est optimiste quant à la possibilité d’exploiter les marées les plus élevées du monde, mais ne tient pas compte des problèmes qui ont affecté le projet.

Pendant les sept premières semaines d’exploitation, Cape Sharp a vendu seulement 5,4 mégawatts-heure d’électricité à Nova Scotia Power. Cela équivaut à 2,7 heures de production à pleine capacité.

https://warktimes.com/2017/04/07/minas-passage-tidal-power-off-to-bumpy-start-figures-show/

Et, il a fallu à la société environ deux mois pour récupérer sa turbine depuis le Passage de Minas après avoir découvert qu’elle était enchevêtrée dans une ligne d’amarrage.

Les pêcheurs se sont plaints que l’opération de récupération avait gâché leur saison de homard.

Les communications de Cape Sharp avec les médias et le public ont été constamment optimistes. Par exemple, deux semaines après le déploiement de la turbine, la société a publié un rapport sur son site Web: « Nous utilisons seulement une fraction du potentiel estimé de 7 000 MW du passage de Minas, pour alimenter l’équivalent d’environ 500 maisons de la Nouvelle-Écosse avec l’énergie de nos marées ».

Cependant, à en juger par les chiffres de Nova Scotia Power, la turbine a produit assez d’électricité au cours de ses premières sept semaines pour alimenter l’équivalent d’une maison de la Nouvelle-Écosse pendant une demi-année.

Lire également notre article du 7 janvier dernier http://gardezlescaps.org/20-000-animaux-marins-retrouves-morts-dans-une-baie-ou-une-hydrolienne-vient-detre-installee/


# GE abandonne l’hydrolien en France, DCNS poursuit. 

6 janvier 2017. General Electric a décidé d’arrêter le développement de son hydrolienne Oceade de 1,4 MW, qui utilise les courants marins pour produire de l’électricité. Cette technologie française Alstom devait être développée par Engie sur le projet Nepthyd de quatre hydroliennes au Raz Blanchard courant à l’ouest du Cotentin. Engie indique avoir « malheureusement décidé d’arrêter le projet Netphyd suite au défaut d’un fournisseur ».

DCNS filialise ses activités marines et invite ses partenaires à une augmentation de capital de 150 millions d’euros. Selon le groupe, l’activité énergie marine pourrait représenter, d’ici à dix ans, entre 500 millions et 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires (Fred Tanneau/AFP)

hydrolienne-baie-fundyHervé Guillou : « Notre stratégie est simple : être le numéro un mondial des énergies hydroliennes et donner du travail à nos bassins d’emploi. A terme, d’ici à dix ans, cette activité peut représenter entre 500 millions et 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires »

« On a d’autres projets d’hydroliennes, l’un est signé au Japon, l’autre est en cours de conclusion dans la zone Ecosse Irlande, tandis qu’une deuxième ferme de 5 à 10 turbines est en discussion au Canada. »

DCNS vient d’obtenir le permis de construire à Cherbourg d’une usine de fabrication d’hydroliennes. Première commande : la fourniture des sept machines du projet pilote dans le Raz ­Blanchard.

Les deux premières hydroliennes testées par DCNS, immergées en janvier et mai 2016 au large de Bréhat, ont du être retirées pour des raisons techniques dues à la corrosion en mer. (1 MW à 40 mètres de profondeur).

En novembre 2016 une hydrolienne DCNS de 2 MW et 1 000 tonnes pour 16 mètres de diamètre a été installée dans la baie de Fundy au Canada par Cape Sharp Tidal, coentreprise créée par Emera et OpenHydro (DCNS). Cette hydrolienne est raccordée au réseau électrique. L’installation d’une deuxième hydrolienne est déjà programmée.


# 20 000 animaux marins trouvés morts dans une baie où une hydrolienne vient d’être installée.

Le 28 décembre dernier 20 000 animaux marins (au moins) se sont échoués, sans vie, sur les plages de St Mary dans la baie de Fundy au Canada. Un échouage massif inquiétant par son nombre, mais surtout par la très grande diversité des espèces présentes. Il s’agit principalement de poissons, de crabes, de langoustes, coquillages, mollusques, étoiles de mer, et même d’une baleine à bosse.

170102_113932_echouage2

Officiellement rien d’anormal dans l’environnement

baie-de-fundyLa baie de Fundy connue pour ses grandes marées (jusqu’à 21 m) et ses forts courants, a la forme d’un entonnoir de 270 km de long et de 80-100 km de large se terminant en deux étroits prolongements. Son fond est irrégulier, 50 mètres de profondeur avec quelques chenaux de 150 mètres.

Le ministère des Pêches et des Océans du Canada (MPO) a expliqué que les chercheurs n’ont aucune conclusion à proposer. Les tests effectués afin de déceler de possibles toxines dans les poissons morts se sont révélés négatifs.

Immersion d’une hydrolienne en novembre 2016

dsc_7284Une modification notable de l’environnement marin est pourtant survenue avec l’installation en novembre 2016 d’une hydrolienne immergée de 2 MW et 1 000 tonnes pour 16 mètres de diamètre, désormais raccordée au réseau électrique.

Il s’agit d’une hydrolienne DCNS installée par Cape Sharp Tidal, coentreprise créée par Emera et OpenHydro (DCNS), dont l’objectif est ce projet de démonstration de 4 MW (2 hydroliennes) raccordé au réseau dans la baie de Fundy. L’installation de la deuxième hydrolienne est déjà programmée.

Les deux premières hydroliennes testées par DCNS, immergées en janvier et mai 2016 au large de Bréhat, ont du être retirées pour des raisons techniques dues à la corrosion en mer. (1 MW à 40 mètres de profondeur).

L’impact des hydroliennes sur la vie marine n’est pas connu

170102_113655_echouage-493x328L’Association des pêcheurs côtiers de la baie de Fundy a tenté en vain de suspendre cette installation en attente d’études plus complètes sur l’impact des hydroliennes sur la vie marine. Colin Sproul, porte-parole des pêcheurs : « Il y a peut-être moyen d’exploiter un jour la puissance [des marées] dans le Passage Minas. Mais certainement pas avec des dispositifs de production d’énergie marémotrice. C’est très mauvais pour l’environnement ! »

Des apprentis-sorciers

Pour le directeur du Fundy Ocean Research Center for Energy, Tony Wrigh, il faut d’abord mettre la turbine dans l’eau puis voir ce qui se passe. Il indique que plus de 70 études d’impacts sur l’environnement ont été menées. « Nous n’aurons jamais le portrait global. Nous pouvons dépenser des centaines de millions de dollars et ne jamais comprendre complètement les effets sur l’environnement, mais nous avons déjà une bonne compréhension ».

La ministre de l’Environnement de la Nouvelle-Écosse, Margaret Miller, a néanmoins reconnu que le programme de surveillance n’était pas prêt.

Pêcheurs et résidents manifestent

A Digby, pêcheurs et résidents de la région pas convaincus de l’innocence de l’hydrolienne réclament l’arrêt des tests.
digby-manifestation-poissons-morts
Souces
°http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1008468/environnement-mort-milliers-animaux-marins-nouvelle-ecosse
°http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1001460/production-turbine-maremotrice-baie-fundy-parrsboro
°Communiqué de Presse DCNS