Archives de l’auteur : K

Usine éolienne en baie de Saint-Brieuc. Nous déposons plainte devant la Commission européenne

Communiqué 8 février 2022
TÉLÉCHARGER le communiqué : 2022-02-08 CP Gardez les Caps-Sea Shepherd

Gardez les Caps Port d'Erquy

L’objectif de développement des énergies renouvelables ne peut pas primer sur la protection du vivant quels que soient nos opinions politiques et nos engagements personnels. Il est encore temps de repenser la pertinence du projet d’Iberdrola. C’est un exercice de responsabilité. La réalité doit être regardée en face : mal zoné dès l’origine, le projet éolien de la baie de Saint-Brieuc est dans une impasse environnementale. Une décision lucide doit conduire à l’abandonner.

Au regard de ce constat, après avoir déposé plainte devant le Conseil d’État le 7 janvier dernier pour contester 59 dérogations de destruction d’espèces et d’habitats protégés accordées à l’industriel espagnol Iberdrola, Gardez les Caps et Sea Shepherd France viennent de porter l’affaire devant la Commission européenne.

De l’impréparation à l’impasse

Le chantier en mer a débuté le 3 mai 2021, il confirme les nombreux manquements identifiés depuis 2012, et auxquels il n’a pas été remédié : la légalité du projet d’éoliennes en mer de la baie de Saint-Brieuc est contestée depuis 2012.

En 2011, le site de la Baie de Saint-Brieuc a été arbitrairement désigné par l’État français « zone propice » non modifiable pour de l’éolien industriel, sans aucune évaluation environnementale préalable, ni enquête publique. De ce fait, toutes les évaluations ultérieures du site, n’ont eu pour fonction que de valider le choix initial de l’emplacement, et non de procéder à son évaluation, quelles qu’en soient les conséquences pour la biodiversité et malgré les impasses environnementales sérieuses qui ont été identifiées.

Or, les six premiers mois du chantier éolien en 2021 ont abouti, outre des pollutions successives, à la réalisation de seulement trois fondations d’éoliennes sur les 30-32 fondations annoncées par l’opérateur (sur un total de 62 fondations). Aucune vérification indépendante de ces données n’a été diligentée, aucune explication précise de cet échec n’est fournie et aucune modification de la nature des travaux ne semble envisagée. Au contraire, RTE, le gestionnaire du réseau électrique français poursuit actuellement des travaux contestés sur la partie terrestre du raccordement électrique du projet. La reprise des travaux en mer paraît imminente.

Cette situation met en évidence l’impréparation du chantier et l’incapacité de l’opérateur éolien à s’adapter aux obstacles rencontrés.

C’est encore une fois l’environnement qui paye le prix fort de ces manquements de l’État et de l’opérateur.

L’attitude des autorités françaises montre également une volonté de poursuivre le projet éolien de Saint-Brieuc quelles qu’en soient les conséquences sur l’environnement : l’impasse manifeste du chantier ne semble conduire à aucun questionnement.

Gardez les Caps et Sea Shepherd France en appellent à l’intervention de la Commission européenne afin qu’il soit remédié aux manquements du chantier éolien de Saint-Brieuc aux règles applicables au rejet de substances polluantes en mer, à la planification de l’espace marin, ainsi que les règles applicables aux espèces et aux habitats protégés.

Nos associations relèvent plusieurs infractions au droit de l’Union européenne :

  1. Plusieurs pollutions marinesont été enregistrées depuis le début des travaux en mai 2021 [en juin 2021 et en juillet 2021]. Il s’agit d’un manquement à la directive 2005/35 du 7 septembre 2005 relative à la pollution causée par les navires et à l’introduction de sanctions en cas d’infractions.
  1. Dommages causés à l’environnement résultant du bruit, de la turbidité, des rejets de sédiments et éventuellement des rejets de substances polluantes dus auxdits forages réalisés sans la moindre garantie d’une réalisation effective.
  1. Absence d’évaluation environnementale préalable du périmètre retenu pour le projet d’éolien en mer de Saint-Brieuc : l’étude d’impact telle qu’elle a été menée revient à valider le choix de l’emplacement et non à l’évaluer.
  1. Le périmètre du projet éolien de Saint-Brieuc y compris son raccordement électrique, est situé dans une zone Natura 2000 et entouré de six autres zones Natura 2000. Il apparaît que la baie de Saint-Brieuc elle-même devait faire l’objet d’une protection et figure sur la liste des sites d’intérêt communautaire.

Les risques pour les oiseaux marins comprennent notamment le risque de collision, la perte d’habitat, l’effet barrière et la perte de zones de reproduction et de repos du fait du projet éolien en baie de Saint-Brieuc. Les mesures de compensation proposées par le promoteur sont inadéquates et insuffisantes comme le stipule notamment l’auto-saisine du CNPN (Conseil National pour la Protection de la Nature) publiée en juillet 2021.

Il est également relevé que certaines espèces n’ont pas été étudiées spécifiquement alors que les circonstances justifiaient qu’elles le soient (par exemple les chauves-souris en baie de Saint-Brieuc, notamment la Pipistrelle de Nathusius – espèce migratrice protégée qui risque d’être impactée par le projet).

De plus, le chantier de Saint-Brieuc fait courir aux mammifères marins, et notamment au marsouin commun, des risques liés à l’exposition aux bruits sous-marins de construction du site et à la perte d’habitats. Or les études mises en œuvre ne correspondent pas aux conditions réelles du bruit auquel ces espèces protégées vont être exposées.

Nos associations relèvent également la proximité immédiate d’un site Natura 2000, avec la présence de gorgones et de coraux.

Concernant ces espèces marines, il existe un manquement grave au principe de précaution, car les études réalisées ne permettent pas d’apprécier l’effet des travaux sur leur conservation. [il n’existe pas d’évaluation appropriée des incidences].

  1. Les autorisations de destruction d’espèces et d’habitats protégés ont été accordées à l’industriel sans prendre en compte les réserves précises des instances françaises chargées de la protection de l’environnement, notamment du Conseil national de la protection de la nature formulées déjà en 2016(avis CP N° 2016-1 du 6 juin 2016) et confirmées dans un avis de juillet 2021.
  1. Décalage entre le calendrier des travaux annoncés et les travaux effectivement réalisés.

Cette situation pose autant la question de la compétence de l’opérateur que celle de l’abstention volontaire des autorités françaises de combattre les dommages qui en résultent. L’opérateur du projet éolien en mer de Saint-Brieuc ne maîtrise manifestement pas le chantier, lequel relève plus d’une expérimentation grandeur nature que d’une construction.

L’opérateur a fait référence par voie de presse à la dureté de la roche (filons souterrains de dolérite) dans le périmètre du projet alors que cette caractéristique est connue de longue date (et en tout cas dès l’époque de la fixation invariable du périmètre du projet).

  1. Le public et nos associations n’ont pas pu exercer leur droit à l’information et à la participation à la décision relative au projet d’éolien en mer de Saint-Brieuc. Au contraire, le public s’est vu imposer le choix initial du projet et de son périmètre, opéré sans transparence et préalablement à tout débat public.

Éolien Baie de Saint-Brieuc. Sortons de l’impasse !

Gardez les Caps-Cap d'Erquy

Cap d’Erquy

Gardez les Caps conteste depuis 2012, la légalité et la pertinence du projet éolien d’Ailes Marines en baie de Saint-Brieuc. Le chantier en mer a été engagé le 3 mai 2021, il confirme hélas les nombreux manquements identifiés depuis 2012, et auxquels il n’a jamais été remédié.

Le projet éolien (62 éoliennes de 207m de haut à 16-17 km des caps d’Erquy et de Fréhel, en plein cœur du gisement de coquilles Saint-Jacques le plus dense d’Europe), est placé à la jonction de quatre zones Natura 2000, sur le couloir de migration des oiseaux, des poissons, des grands crustacés, des céphalopodes. La baie abrite la plus importante population européenne de grands dauphins sédentarisés, le fond de la baie, la plus grande Réserve Naturelle de Bretagne.

L’ensemble de la baie de Saint-Brieuc devait être protégé réglementairement. Mais en 2012, le projet de Parc Naturel Marin à l’étude dans le golfe Normand-breton de La Hague à Bréhat, a été abandonné alors que l’enquête publique était programmée au premier trimestre 2013. http://gardezlescaps.org/la-hague-brehat-projet-de-parc-naturel-marin/

Natura 2000

Enquête publique de 2016, Carte des zones Natura 2000 ( zones beige clair, beige foncé, striées)

1. La zone sélectionnée a été fixée et figée arbitrairement par l’État.

En 2010, 180 km2 de la Baie de Saint-Brieuc ont été désignés « zone propice » non modifiable pour de l’éolien industriel, sans aucune évaluation environnementale préalable, ni enquête publique, ce qui contrevient au droit français et de l’Union européenne.

De ce fait, toutes les évaluations ultérieures du site, n’ont eu pour fonction que de valider le choix initial de l’emplacement, et non de procéder à son évaluation, quelles qu’en soient les conséquences, au mépris des règlements applicables aux espèces et aux habitats, ainsi qu’au mépris des usagers de la mer, les pêcheurs artisans de la baie de Saint-Brieuc.

Le résultat est une accumulation d’irrégularités et de manques à la protection des habitats et des espèces depuis 10 ans, en dépit des réserves de l’Autorité environnementale et de celles du Conseil national de protection de la nature :

X 16 dérogations à la destruction d’espèces et d’habitats protégés des oiseaux marins, puis au final 54 dérogations accordées pour les oiseaux, 5 pour les mammifères marins.

X Des chauves-souris migratrices protégées sans demande de dérogation.

X Et surtout, des coraux et des gorgones qui ne sont même pas signalés par le développeur, alors que les zones de protections réglementaires SIC, ZPS et Natura 2000, situées à 460 mètres du chantier ont vocation de protéger les habitats récifs.

Gardez les Caps Gorgonnes et coraux de la BdSB

2. Depuis 2012, Ailes Marines-Iberdrola est sourd à toute atténuation des impacts.

X L’industrie éolienne atteste que la quasi-totalité des projets d’éolien en mer en construction utilisent la technique dite du « double rideaux de bulles » pour atténuer le vacarme des forages. En baie de Saint-Brieuc, 193 forages de 20 à 49 mètres sont programmés, mais Ailes Marines a refusé d’utiliser cette technique au prétexte que les fonds marins n’y étaient pas adaptés, et s’en remet aux « capacités de fuite des espèces » !

X 35.500 m3 de sédiments secs environ vont être extraits de ces forages, Ailes Marines a refusé de les débarquer à terre et les remet en suspension dans la colonne d’eau.

X Les anodes sacrificielles en aluminium ne seront pas remplacées par d’autres techniques moins polluantes, contrairement aux engagements pris auprès du Comité des Pêches des Côtes-d’Armor, et contrairement aux autres projets d’éolien en mer français équipés de fondations jackets (Le Tréport et Yeu-Noirmoutier).

X Non-respect des protocoles d’études validés par le Conseil scientifique, non-respect des prescriptions des autorisations de 2017, imprécisions, contradictions dans les méthodologies des études mises en œuvre, etc., la liste des anomalies et engagements non tenus dans le développement du projet est préoccupante

X A terre, le chantier du raccordement électrique mené par RTE est conduit à marche forcée et de manière illégale parfois, alors que le chantier en mer est très en retard et qu’un délai supplémentaire d’un an a déjà été annoncé par Iberdrola. Ainsi, RTE refusant de contourner un chemin d’exploitation agricole à Erquy, pour installer les deux fourreaux de câbles à 225.000 volts du raccordement, a présenté à l’enquête publique de septembre 2021, un plan cadastral faux, sur lequel tout ce qui gêne RTE a disparu, notamment une stabulation de vaches laitières bio de 800m2 qui lui a été signalée dès 2013 !

3. Le chantier est un échec qui ne semble conduire à aucun questionnement des autorités.

Le 19 mars 2021, Ailes Marines a présenté à la Commission nautique, le programme d’engagement des travaux qui allaient être réalisés en 2021, soit « 50% de pieux installés en 2021 » et une « proximité des fondations les unes des autres afin de travailler dans des zones concentrées, et réduire l’emprise des travaux en 2021. »

AM Planning 2

Aucun de ces objectifs n’a été tenu !

Pendant six mois, le chantier d’Iberdrola a relevé davantage d’une expérimentation grandeur nature que d’une construction :

X 10 changements de zone successifs en pleine saison de reproduction de la ressource,
X pour un résultat final minimal, sans rapport avec le calendrier initial : 3 fondations terminées au lieu des « 30-32 » annoncées, et deux pollutions d’huile hydraulique, sur lesquelles nous n’avons toujours aucune information.

Deux hypothèses, soit la faisabilité du projet n’a jamais été établie, soit l’opérateur n’a pas la maîtrise du chantier

Les obstacles rencontrés par Iberdrola étaient anticipables, la nature du sous-sol de la baie est de notoriété publique, comme le marnage de 12,50 mètres ou encore les violents courants de fond.

Les forages infructueux, les changements successifs de zone, l’allongement des délais d’une année, ne sont pas sans conséquences sur l’environnement marin et sur la pêche.

Ailes Marines1

Ailes Marines2

Source Ailes marines-Iberdrola

4. Les emplois annoncés en 2012 s’évaporent au fil des ans, mais la rente de 4,7 milliards d’euros garantie par l’État à Iberdrola demeure. 155€ par mégawatt produit, c’est le tarif de rachat d’électricité éolienne le plus élevé du monde, triste record.

2012, Ailes Marines promet « 2000 emplois dans le Grand-Ouest dont 1000 emplois en Bretagne » (Emmanuel Rollin, directeur d’Ailes Marines, à Jean-Yves Le Drian, le 30 mai 2012).

2016, Ailes Marines annonce 700 emplois à Brest :
–> dont 500 emplois « pour la fabrication et la conception des fondations de type jacket »
–> dont 200 emplois « pour la fabrication et la conception de la sous-station électrique. »
Auxquels s’ajoutent à Saint-Quay-Portrieux 140 emplois directs « spécialisés et pérennes »,  «pendant 20 ans au minimum. »

2021, 250 emplois à Best et une cinquantaine à Lézardrieux. Les emplois à valeur ajoutée sont concentrés à l’étranger. Les emplois français reposent sur des contrats aidés.

5. A l’épreuve des faits, sortons de cette impasse !

L’objectif de développement des énergies renouvelables ne peut pas primer sur la protection du vivant quels que soient nos opinions politiques et nos engagements personnels.

Il est encore temps de repenser la pertinence du projet d’Iberdrola.

D’une part, nous sommes en face d’une entreprise dont il est désormais avéré qu’elle a érigé les mauvaises pratiques en système, d’autre part, le chantier qu’elle a dirigé en mer pendant six mois est un échec flagrant, sur lequel se greffent l’opposition farouche des premiers usagers de la mer, les pêcheurs, ainsi que celle des riverains (88% d’opposition à Erquy dans l’enquête publique de 2016) et des associations environnementales indépendantes.

Cette situation appelle un arrêt du projet, une sortie négociée et honorable de l’impasse actuelle.

A minima, un moratoire, afin que les travaux ne redémarrent pas au 1er mars alors qu’on est en pleine campagne présidentielle -et de pêche à la coquille, ne l’oublions pas. Mais une décision lucide doit conduire à l’abandonner. C’est un exercice de responsabilité. La réalité doit être regardée en face : mal zoné dès l’origine, le projet éolien de la Baie de Saint-Brieuc ne peut qu’être abandonné.

Des solutions alternatives existent et doivent être recherchées.

Le Comité des Pêches des Côtes-d’Armor a présenté à la Région et aux services de l’État, un système houlomoteur qui produit de l’électricité et de l’hydrogène vert et permettrait de décarboner toute la flotte de la baie de Saint-Brieuc, le système Hace de Jean-Luc Stanek reconnu par une dizaine de prix internationaux.

Ou encore, des éoliennes flottantes en dehors de la bande côtière que les pêcheurs artisans ont maintenu vivante par 40 années de gestion durable, en dehors des zones et des habitats protégés réglementairement, des couloirs de migration et des zones de reproduction de la faune marine et des oiseaux.

Gardez les Caps Port d'Erquy

Erquy, depuis le port

Une culture industrielle d’algues au pied du cap Fréhel ?

Plévenon

Une demande de concession pour l’installation d’un champ d’algues brunes sur corde de 2,5 hectares (180 mètres de long), en face de Port Taillé, au pied du fort la Latte, le château de la Roche Goyon classé au titre des monuments historiques depuis 1925, a été faite par Madame Muriel Winsback.

Les algues seraient installées à deux mètres de profondeur sur des corps morts, avec une bouée tous les 10 mètres et des bouées de balisage aux quatre coins. Elles seraient exploitées de novembre à juin pour les industries cosmétique et agro-alimentaire.

L’enquête d’utilité publique se tient à la mairie de Plévenon jusqu’au dimanche 23 janvier 2022.

Avis d'Enquête Publique

TÉLÉCHARGER l’avis complet : Baie de la Fresnaye Enquête Publique Cultures Marines _20211224

Le dossier déposé est très incomplet. Il n’y a aucune prise en compte de l’écosystème marin, ni des protections réglementaires existantes.

‼️ Co-visibilité avec le fort la Latte, monument historique

‼️ Un mouillage historique toujours très utilisé

pilotes-et-pilotage-en-baie-de-saint-malo

 

Depuis toujours, cette zone au pied du Fort est un abri et un mouillage permettant aux voiliers de bénéficier du flot montant puis de repartir au large avec le reflux. Autrefois, les pilotes de Saint-Malo venaient y attendre les trois-mâts. Aujourd’hui, les voiliers en visite y mouillent pour une nuit ou une journée.

 

Pilote côtier

 

« 190 milles de St-Malo à Brest. Les plus beaux mouillages :  St Servan, St Briac, Fort la Latte, la Corderie, la Chambre, Lézardrieux, Carantec, l’aber Wrac’h, l’aber Benoit, l’aber Ildut, l’anse de Bertheaume. »

 

 

 

‼️ Une zone de pêche pour les plévenonnaisIMG_3984

Une zone de plongée et de pêche pour les plévenonnais, accessible à tous, car proche du port de Saint-Géran, on peut s’y rendre à la rame.

 

 

 

‼️ Zone Natura 2000 Cap d’Erquy-Cap Fréhel

Natura 2000 Cap d'Erquy-Cap Fréhel

https://inpn.mnhn.fr/viewer-carto/espaces/I098FR5300011

‼️ Présence d’un herbier de Zostères
Une espèce marine protégée, qui a une valeur fonctionnelle importante et sert de relais entre les herbiers plus importants de la région (Chausey notamment). Une grande partie de cet herbier a déjà disparu.
https://professionnels.ofb.fr/sites/default/files/pdf/documentation/GP2020_EspMarinesProtegees_Zostere-marine.pdf

Zostères Plévenon 1

Si l’industrie de l’algue est en pleine expansion, sa culture est encore relativement peu encadrée réglementairement. Au même titre que l’agriculture intensive, l’algoculture n’est pas sans conséquences, on ne peut pas la laisser se développer n’importe où.

Cultiver une seule espèce d’algue, une espèce unique en lieu et place des espèces naturelles locales, porte un risque inconsidéré sur l’écosystème, modifiant le flux génétique qui amènera à une perte de biodiversité. A cela s’ajoutent les traitements fertilisants souvent ajoutés et qui impactent la faune et la flore présente.

ENQUÊTE PUBLIQUE sur les demandes d’autorisation d’exploitation de cultures marines à Plévenon : jusqu’au 23 janvier, un cahier est à disposition à la mairie de Plévenon, et à la Délégation à la mer et au littoral de Saint-Brieuc, 1 Rue du Parc, ddtm-dml@cotes-darmor.gouv.fr

Mairie de Plévenon
Téléphone : 02 96 41 43 06
Mail : mairie.plevenon.capfrehel@wanadoo.fr
Site https://www.plevenon.fr

EN SAVOIR PLUS
https://www.researchgate.net/profile/Jerome-Fournier-4/publication/333579204_Inventaire_cartographique_des_herbiers_de_phanerogames_marines_de_la_Cote_d%27Emeraude_et_de_Chausey_Etat_en_2002_d%27Erquy_a_Granville/links/5cf5425e299bf1fb18549dd3/Inventaire-cartographique-des-herbiers-de-phanerogames-marines-de-la-Cote-dEmeraude-et-de-Chausey-Etat-en-2002-dErquy-a-Granville.pdf

https://www.sb-roscoff.fr/sites/www.sb-roscoff.fr/files/documents/station-biologique-roscoff-pegasus-8004.pdf

https://www.franceculture.fr/environnement/les-algues-meritent-detre-mieux-protegees

Coraux baie de Saint-Brieuc

Coraux de la baie de Saint-Brieuc, un patrimoine remarquable

« Le relief sous-marin accidenté du golfe normand-breton et son hydrodynamisme complexe en font une mosaïque naturelle. En effet, tous les types de fonds observés sur l’ensemble de la Manche y sont représentés et se retrouvent à proximité de la zone d’implantation des éoliennes. Meubles en grande majorité, ces fonds sont toutefois parsemés de plateaux rocheux et de récifs. Certains habitats particuliers (bancs de maërl, herbiers de zostères, estuaires) seront à prendre particulièrement en considération lors du raccordement et de l’atterrage des câbles électriques. La diversité des habitats se traduit aussi par celle des poissons, des crustacés et des coquillages. Pour les poissons, près de 180 espèces ont été répertoriées dans le golfe normand-breton, dont un grand nombre présente un intérêt pour la pêche commerciale ou récréative. Les modifications ou pertes d’habitats et des communautés animales associées peuvent avoir des répercussions importantes sur l’alimentation de prédateurs supérieurs dépendant de ces espèces, comme les oiseaux et les mammifères marins, mais aussi certains poissons (amphihalins notamment) à fort enjeu de conservation. »
Cahier d’acteur de l’Agence des Aires Marines Protégées, juin 2013 39 CA_AIRES_MARINES

Le secteur d’implantation de la centrale électrique d’IBERDROLA (62 éoliennes/190 forages) est un espace biologique remarquable, entouré à l’ouest, au sud et à l’est, d’aires marines protégées (Natura 2000).

Baie de Saint-Brieuc

🐟 SIC et ZPS « Cap d’Erquy – Cap Fréhel » (460 m)
🐟 SIC et ZPS « Baie de Saint-Brieuc-Est » (11,4 km)
🐟 SIC, ZPS et ZSC « Trégor Goëlo » (12,3 km)
🐟 SIC « Baie de Lancieux, Baie de l’Arguenon, Archipel de Saint-Malo et Dinard » (22,7 km)
🐟 ZPS « Iles de la Colombière, de la Nellière et des Haches », (25,2 km)
🐟 SIC et ZPS « Chausey » (36 km)
🐟 SIC « Côte de Cancale à Paramé » (37 km)
🐟 ZSC, ZPS « Côte de Granit Rose–Sept-Îles » (55,6 km)

Les bancs de maërl sont un des habitats qui ont justifié la création des sites Natura 2000 de la baie de Saint-Brieuc.

Le maërl est un habitat menacé et inscrit dans la convention OSPAR.

Maërl vivant

Maërl vivant

Le maërl est une accumulation de différentes algues calcaires rouges formant des bancs localisés. Baptisé corail breton, les maërls sont considérés comme les végétaux marins les plus âgés d’Europe et comme l’une des plantes marines au taux de croissance le plus faible au monde. (IUEM(UBO)/LEMAR, Grall, 2003)

Leur croissance est de 300 microns par an. Il faut trois années pour obtenir un millimètre de maërl, soit entre 100 et 150 ans pour réaliser des branches de 5 à 10 cm. C’est en Bretagne que se trouvent les bancs de maërl parmi les plus importants d’Europe en termes de superficie et d’épaisseur.

L’âge des bancs bretons est estimé à plus de 8000 ans (Grall, 2003).

Capture d’écran 2019-08-13 à 15.56.10
Localisation des bancs de maërl sur le fuseau des câbles à 225.000 volts du raccordement électrique des éoliennes d’IBERDROLA. (Enquête publique 2016)

La diversité des organismes à la fois d’origine végétale et animale abrités par les bancs de maërl est tout simplement extraordinaire : près de 900 espèces animales et 150 espèces végétales ont été répertoriées dans les bancs de maërl étudiés en Bretagne.
(Grall 2009 et 2016 https://www.aglia.fr/wp-content/uploads/2019/05/4-decider_phase1_synthese_maerl_vdef_compil-2.pdf)

Capture d’écran 2020-11-23 à 23.40.07

REBENT
2016, Synthèse des connaissances sur le maërl en Bretagne

–> La conservation des bancs de maërl de la baie de Saint-Brieuc est un enjeu international compte tenu de la biodiversité exceptionnelle de cet habitat.

Oui, il y a des coraux en baie de Saint-Brieuc !

A des profondeurs comprises entre 35 et 1500 mètres, de la Norvège au golfe de Gascogne, des coraux d’eau froide se sont développés dans des températures allant de 4 à 13 degrés.

« L’existence des coraux des mers froides est connue depuis le XVIIIème siècle et ont été observés dès le XIXème au large de la Grande-Bretagne et de la péninsule ibérique. Le monde de la pêche connait aussi cet habitat particulier depuis plusieurs siècles. »
https://www.yumpu.com/fr/document/view/38420569/les-jardins-de-coraux-mous-ospar-commission

« On peut trouver des jardins de corail sur une grande variété de substrats mous et durs du fond marin. Par exemple, les jardins de corail de fonds mous peuvent être dominés par des scléractiniaires solitaires, des pennatules ou certains types de corail bambou, alors que les jardins de corail de fonds durs sont souvent dominés par des gorgones, des stylasteridae, et/ou des coraux noirs (CIEM 2007). »
https://inpn.mnhn.fr/habitat/cd_hab/16/tab/description

L’inscription des jardins de coraux mous sur la liste d’espèces et d’habitats menacés et ou en déclin a été décidé par la commission OSPAR dès 2003.

https://www.yumpu.com/fr/document/view/38420569/les-jardins-de-coraux-mous-ospar-commission

Comment expliquer que les coraux de la baie de Saint-Brieuc connus de tous les pêcheurs et plongeurs, n’aient pas été répertoriés par IBERDROLA-Ailes Marines ?

Capture d’écran 2021-10-23 à 11.51.49
Capture d’écran 2021-10-23 à 11.52.14
Communiqué de presse d’IBERDROLA-Ailes Marines du 20 novembre 2020  CP-20-novembre-2020-Ailes-Marines-apporte-des-précisions-et-clarifications-sur-le-projet-de-parc-éolien-en-mer-de-Saint-Brieuc

Connus, mais non cartographiés, parce que ces coraux de la baie de Saint-Brieuc s’épanouissent à des profondeurs qui nécessitent de descendre jusqu’à 35 mètres de fond sur des zones traversées par de très forts courants. Ils sont donc peu accessibles aux scientifiques. En effet, les plongées doivent s’effectuer par paliers, avec une planification précise selon la table des marées. Elles nécessitent également un très bon matériel, à 35 mètres de profondeur, l’obscurité est totale. Des conditions particulières et difficiles qui expliquent la quasi absence d’études scientifiques approfondies.


Le pôle maritime du Muséum basé à Dinard n’a jamais été missionné par les autorités pour documenter les fonds benthiques de la baie de Saint-Brieuc dans le cadre de l’attribution exclusive d’une concession de 103 km2 à IBERDROLA-Ailes Marines pendant 40 ans.


La protection de la biodiversité serait-elle à géométrie variable en baie de Saint-Brieuc ?

Rose des mers et Eponge

Pétales de rose des mers et éponge remontés vendredi 20 novembre 2020 par un pêcheur de la baie de Saint-Brieuc, précisément au cœur de l’emplacement du projet d’IBERDROLA.

Quelques exemples de coraux vivants et en bonne santé, photographiés dans la baie de Saint-Brieuc

Pentapora fascialis ROSE DES MERS

Pentapora fascialis ROSE DES MERS

Alcyon jaune en mode repas

Alcyon jaune en mode repas

Corail CORNE DE CERF

Corail CORNE DE CERF

Au pied d'une gorgone, une éponge Axinelle

Au pied d’une gorgone, une éponge Axinelle

Alcyon rose

Alcyon rose

« C’est plus facile de détruire ce dont on n’a pas connaissance. »

Lamya Essemlali, présidente de l’ONG Sea Shepherd France

Devant les dénégations médiatisées du directeur d’IBERDROLA France sur la présence de coraux en baie de Saint-Brieuc, l’ONG Sea Shepherd a envoyé à deux reprises des plongeurs documenter les fonds marins de la baie, deux plongées réalisées le 25 juillet 2021 (N- 48°41′ 46.84″ W -2°32’13.44″) puis le 17 septembre 2021 (N-48°52’26.0″. W-2°33’29.0″).

Poissons, gorgones, une multitude d’algues, des ascidies, des spongiaires, des vieilles, des cténolabres, des crénilabres, des tacauds, des araignées … « L’objectif, c’est de rappeler aux gens la beauté de la baie, souligne Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France à France3. C’est plus facile de détruire ce dont on n’a pas connaissance. » https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/cotes-d-armor/saint-brieuc/eolien-en-baie-de-saint-brieuc-sea-shepherd-rappelle-la-beaute-des-fonds-marins-menaces-dans-une-video-2272198.html

Dans une autre vidéo, l’ONG Sea Shepherd donne à entendre le vacarme sous-marin des forages réalisés par l’AEOLUS, le navire missionné par IBERDROLA-Ailes Marines qui a déjà pollué la baie à deux reprises depuis le démarrage des travaux en mai 2021.

Si le projet éolien d’IBERDROLA-Ailes Marines aboutissait, la France aurait une responsabilité majeure .

En raison de la richesse et de la fragilité de ces biosystèmes marins remarquables, le projet industriel d’IBERDROLA-Ailes Marines porte une grave atteinte à leur maintien dans un bon état de conservation.

Les travaux d’implantation de 62 éoliennes et leur station électrique en mer signifient en effet, 190 forages dans les fonds marins, pour certains à 50 mètres, dans un sous-sol de roches volcaniques dures, granite, dolérite ou gneiss, avec rejet dans la colonne d’eau des milliers de m3 de sédiments secs extraits, IBERDROLA-Ailes Marines ayant refusé de les aspirer.

Cela signifie également l’écrasement et le tranchage des fonds marins, les 62 éoliennes exigeant un maillage d’environ 130 kilomètres de câbles électriques dont l’ensouillage ou l’enrochement achèveront de massacrer ces fonds benthiques.

De surcroit IBERDROLA-Ailes Marines a annoncé le déplacement de 450 blocs rocheux de plus d’1 mètre de diamètre. Or, ce sont précisément ces blocs rocheux qui présentent une remarquable couverture faunistique.

Devant ce scandale, il est permis d’espérer que la France impose enfin à l’industrie éolienne de respecter les exigences du droit de l’environnement marin.

La protection des zones Natura 2000 doit désormais prendre en compte les informations nouvelles et la mise à jour des données du dossier initial. Or, les dix années consacrées à la simple préparation du projet éolien, exclusivement dues à l’impréparation du porteur de projet, a produit des données nouvelles.

Notamment, que les fonds identifiés pour la centrale électrique éolienne, constituent une zone de coraux d’eau froide protégés par la directive Habitats.

🇫🇷 Discours d’Emmanuel Macron présentant à l’occasion des Assises de l’économie de la mer à Montpellier le 3 décembre 2019, la feuille de route du Gouvernement sur la politique maritime de la France. 🇫🇷

🇫🇷 « L’océan est un bien commun de l’humanité. (…) Et je veillerai à ce que la France soit à l’avant-garde dans les instances internationales ad hoc pour la défense et la protection des océans. (…) L’océan c’est en effet le sanctuaire de notre biodiversité et je n’ai pas ici besoin de dire combien elle est décisive dans l’équilibre de nos écosystèmes. C’est un trésor infini de faune et de flore. (…) C’est la ressource halieutique qui grâce à la pêche constitue le premier apport en protéines pour 1 milliard de femmes et d’hommes. Et c’est un lieu où il nous faut, et la France est à cet égard à l’avant garde et j’y reviendrai, concilier ces objectifs et ces usages : la préservation de la biodiversité et la nécessité de nourrir la planète. (…) La question qui nous est aujourd’hui posée, c’est comment exploiter durablement ces ressources alimentaires, minérales, énergétiques ou biologiques sans compromettre l’équilibre fragile des écosystèmes océaniques. » 🇫🇷

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2019/12/03/locean-poumon-de-lhumanite-qui-menace-de-setouffer

Dont acte Monsieur le Président.

Observations Enquête publique Erquy-RTE Chemin des Moineries

L’enquête publique  « en vue de l’établissement des servitudes légales pour le chemin des Moineries sur la commune d’Erquy pour la création d’une liaison électrique à deux circuits à 225.000 volts sous-marine et souterraine dans le cadre du raccordement du parc éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc »  se termine lundi 4 octobre à 16h30.

La commissaire enquêtrice sera présente à la mairie d’Erquy ce lundi de 13h30 à 16H 30.

Les observations peuvent être déposées à la mairie d’Erquy ou adressées directement soit à l’adresse urbanisme@erquy.bzh soit à la préfecture dlm-enquete@cotes-darmor.gouv.fr

Voici nos observations.
TÉLÉCHARGER le fichier PDF : GardezlesCaps 3octobre2021

Madame la Commissaire Enquêtrice,

L’association Gardez les caps, reconnue d’utilité publique et agréée au titre de la protection de l’environnement, tient à vous faire connaître son opposition résolue à l’utilisation du chemin rural des Moineries à Erquy pour y faire passer deux câbles de 225.000 volts afin de raccorder au poste RTE de La Doberie, la centrale électrique éolienne qu’Iberdrola-Ailes Marines tente d’implanter dans la Baie de Saint-Brieuc.

L’association Gardez les Caps demande depuis plus de 9 ans que soit abandonné ce projet mal zoné sans études d’impact préalables au choix du site, irrégulier dans son attribution comme dans son autorisation d’exploiter une centrale électrique en baie de Saint-Brieuc délivrée dès avril 2012 sans débat public (2013), sans enquête publique (2016), sans déclaration de l’aide d’État (2017),  un projet porté par un opérateur douteux pour lequel, le Parquet National Financier a ouvert une enquête préliminaire du chef de recel du délit d’atteinte à l’égalité des candidats dans les marchés publics, également appelé « recel de favoritisme », concernant les conditions de l’octroi de la concession d’exploitation au groupe espagnol Iberdrola. (https://www.mediapart.fr/journal/france/021021/la-justice-ouvre-une-enquete-sur-les-eoliennes-de-la-baie-de-saint-brieuc)

Devant un tel projet qui présente tous les ingrédients d’un scandale politico-financier, on ne peut que s’étonner de la signature par Ségolène Royale le 28 mars 2017, d’un arrêté (https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2017/3/28/DEVR1709832A/jo/texte) portant déclaration d’utilité publique, pour créer une liaison électrique de deux câbles de 225.000 volts entre la station électrique en mer appartenant à Ailes Marines-Iberdrola, et le transformateur de la Doberie à Hénansal appartenant à RTE, avant même que soient délivrés par le Préfet des Côtes-d’Armor les arrêtés permettant à Ailes Marines-Iberdrola d’implanter une usine électrique dans la baie de Saint-Brieuc. Ces arrêtés seront publiés le 18 avril 2017, à 5 jours de l’élection présidentielle, et le jour même, le Préfet des Côtes d’Armor approuvera l’octroi d’une concession privative du Domaine Public Maritime à Ailes Marines-Iberdrola pendant 40 ans sans la signature réglementaire du Préfet maritime alors que 103 km2 du domaine public maritime sont engagés pour une durée de 40 ans ! (http://www.cotes-darmor.gouv.fr/Publications/Recueil-des-Actes-Administratifs-RAA/AVRIL-2017)

On ne peut que s’étonner également de l’empressement de RTE à réaliser le raccordement d’un parc éolien dont la réalisation est toujours hypothétique compte-tenu, d’une part des nombreux recours et plaintes actifs contre ce projet devant les juridictions françaises et européennes (Comité des Pêches des Côtes d’Armor, Collectif Pêcheurs Artisans, Gardez les Caps, Sea Shepherd), d’autre part, de l’impréparation industrielle flagrante d’Ailes Marines-Iberdrola qui n’a manifestement pas la maîtrise du chantier, lequel relève à ce jour davantage d’une expérimentation grandeur nature que d’une construction.

Commencé le 3 mai 2021, le déroulement du chantier en mer confirme que la faisabilité du projet n’a jamais été établie sérieusement par Ailes Marines-Iberdrola, tant est avéré le décalage entre le calendrier des travaux annoncé aux services de l’État par l’entreprise le 19 mars dernier lors de la réunion de la Commission nautique locale, et les réalisations minimales et dévastatrices obtenues après cinq mois de travaux dans la baie.

Après neuf changements de zones et cinq mois de forages sans aspiration des sédiments secs extraits, sans rideaux de bulles pour protéger la faune marine, Ailes Marines-Iberdrola n’a réussi qu’un seul ancrage de fondation (trois forages de 25 mètres) mais a pollué par trois fois la baie à l’huile hydraulique, transformé les fonds marins benthiques en gruyère, et défoncé les habitats rocheux à homards, gorgones et coraux du nord de la concession. Aucun des engagements de chantier annoncés n’a été respecté jusqu’à aujourd’hui. Au rythme actuel d’un unique ancrage réalisé en cinq mois, il faudra toutes choses égales par ailleurs, 61 fois 5 mois, c’est à dire 305 mois pour compléter l’ensemble des forages nécessaires, soit plus de vingt-cinq ans !

Depuis 2012, Ailes Marines-Iberdrola explique étudier les fonds marins de la baie de Saint-Brieuc, mais son directeur, Emmanuel Rollin déclare au Télégramme le 8 juin 2021 qu’« Il s’agit du parc éolien offshore le plus complexe au monde à installer. (…) Il y a des roches qui sont jusqu’à vingt fois plus dures que le béton qui est sous la tour Eiffel. Il y a un sous-sol très hétérogène, avec un mélange de sédiments, de roches très dures, et des remontées de laves. (…) Les courants marins nous posent aussi des difficultés. Il y a parfois des courants supérieurs à 1,5 mètre par seconde. (…) Nous sommes dans un endroit où ce marnage est l’un des plus importants au monde puisque nous avons plus de douze mètres entre la basse mer et la pleine mer. Cela varie tout au long de la journée donc ça complexifie les travaux. » (https://www.letelegramme.fr/economie/eoliennes-un-chantier-hors-norme-en-baie-de-saint-brieuc-08-06-2021-12765049.php)

Autant de caractéristiques connues de tous et de longue date -dès le néolithique, cf. les haches polies en dolérite de Plussulien ! Le nord de la concession d’Ailes Marines-Iberdrola se situe dans le prolongement du gneiss du Trégor, des roches très dures âgées de 2 milliards d’années, quant au reste de la concession, il est traversé comme la baie de Saint-Brieuc, et comme tout le département des Côtes d’Armor, de multiples filons de dolérite, une roche volcanique de 600 millions d’années également particulièrement dure.

On ne peut qu’être inquiet devant un tel manque d’anticipation des risques, on comprend d’autant moins la précipitation de RTE à vouloir réaliser le raccordement, et les documents mis à disposition du public par RTE dans cette nouvelle enquête sont loin de nous rassurer.

Le plan parcellaire du cadastre présenté par RTE ne correspond pas au cadastre officiel comme le montrent les trois documents qui suivent.

  • Le bâtiment de stabulation de vaches laitières BIO de l’exploitation de Saint-Querreuc n’y figure pas.
  • Le chemin des Moineries a été « reconstitué », le faisant apparaître comme communal, alors que le parcellaire cadastral indique clairement qu’il est privé, le chemin n’existe pas sur le cadastre.

3BIS

Cadastre officiel

Capture d’écran 2021-10-03 à 17.23.05

Capture d’écran Google

Capture d’écran 2021-10-01 à 11.38.29

Capture d’écran de la carte intitulée « Synthèse des contraintes de la liaison souterraine » fournie par RTE dans l’enquête publique de 2016.

Capture d’écran 2021-10-03 à 17.26.15

De plus, l’exploitation de Saint-Querreuc se trouve en zone humide partiellement drainée.

Il ne sera pas indifférent d’enfouir 225.000 volts dans le sol, a fortiori quand il y a de l’eau, qui va nécessiter un gainage supplémentaire. RTE a-t-il prévu d’apporter la preuve que le gainage réalisé est suffisant, qu’il n’y a pas d’interférences avec les équipements électriques et électroniques de l’exploitation de Saint-Querreuc, avec une vérification par un expert, le bureau Véritas par exemple ?

Si la mise en souterrain d’une ligne annule le champ électrique par la simple configuration technique des câbles et le type de pose, il n’en est pas de même pour le champ magnétique qui persiste même s’il est atténué et plus concentré dans l’espace. Or les champs magnétiques EBF sont classés comme un cancérogène possible par l’OMS. En ce qui concerne les leucémies aigües de l’enfant, le lien avec des champs magnétiques d’extrêmement basses fréquences de 0,4 uT a conduit le CIRC à les classer en catégorie 2B, c’est-à-dire de cancérogène possible. Ce classement a été établi en 2002 sur la base de l’épidémiologie. (https://www.senat.fr/rap/r09-506/r09-506_mono.html#toc113)

Le chemin des Moineries traverse l’exploitation de Saint-Querreuc, la coupant en deux. RTE s’est opposé à la décision d’expertise sanitaire des vaches laitières obtenue par l’exploitant de Saint-Querreuc en temps qu’intervenant volontaire avec les riverains des câbles à 225.000 volts depuis Caroual. RTE devra probablement s’y soumettre mais a fait appel !

Par ailleurs, si le chantier venait à se réaliser, la progression des travaux annoncée par RTE, de 9 mètres par jour, mettrait en danger le nourrissage des animaux, et de fait, l’exploitation agricole.

Enfin, il est bien précisé dans l’arrêté du 28 mars 2017, que « Les travaux de franchissement des cours d’eau sont réalisés en période sèche entre août et septembre. »

Tous ces éléments ne font que renforcer notre opposition ferme au passage du fuseau de raccordement sur le chemin des Moineries, et notre inquiétude de manière plus globale sur la volonté manifeste de RTE à tenter de poursuivre ce raccordement inutile « quoiqu’il en coûte ».

Les nuisances du précédent chantier de RTE dans Erquy sont déjà multiples, notamment les nombreuses fissures côté mer et côté route, certaines en débord, survenues sur la digue de Caroual, du poste de secours jusqu’à l’avenue de la plage depuis les travaux du printemps dernier. Qu’en est-il des habitations ? Que compte faire RTE ?

IMG_5966

IMG_5955IMG_5962

IMG_5964IMG_5953

Autrefois les « enquêtes publiques » étaient dénommées « enquêtes d’utilité publique ». C’est bien dommage que ce ne soit plus le cas, car s’interroger sur la notion d’utilité publique est particulièrement opportun dans le cas du projet éolien d’Iberdrola en baie de Saint-Brieuc pour lequel le montant de l’aide publique accordée par la France s’élève à 4,7 milliards d’euros sur vingt ans grâce au tarif de rachat obligatoire de l’électricité par EDF de 155 euros par mégawattheure, auquel il faut encore ajouter 20 euros pour RTE, soit 175 euros par mégawattheure, un tarif totalement disproportionné par rapport à ce qui se pratique ailleurs en Europe, l’électricité éolienne la plus chère du monde selon le président de WindEurope, Giles Dickson …

Bien des actions d’intérêt général dans le secteur énergétique permettraient de faire bien mieux pour un coût et un impact bien moindre, économies d’énergie, rénovation de l’habitat, projet houlomoteur-hydrogène Hace-Armoric proposé par le Comité des Pêches des Côtes d’Armor. (https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/cotes-d-armor/saint-brieuc/parc-eolien-en-baie-de-saint-brieuc-pourquoi-l-hydrogene-est-presente-par-les-pecheurs-comme-une-meilleure-alternative-1945480.html)

Une seule solution s’impose : l’abandon du projet.

Katherine Poujol
Présidente de Gardez les Caps

Ci-dessous, quelques déclarations présidentielles et ministérielles faisant le constat que des projets éoliens mal zonés ne pouvaient que susciter l’opposition farouche des riverains et des premiers usagers de la mer -88% d’opposition à Erquy dans l’enquête publique de 2016, et qu’en conséquence, s’il est impossible de les adapter, ces projets doivent être abandonnés.

  • 28 août 2021. Intervention du premier ministre Jean Castex le lors de la visite du chantier éolien de Saint-Nazaire (à 00:24:04 https://www.youtube.com/watch?v=p-5_zDINVJo« Il faut le dire quand même, il fut un temps où la concertation commençait alors que le projet était déjà acté et figé pas que dans ce registre d’ailleurs mais ne laisser aucune marge de manœuvre à la concertation a évidemment alimenté les tensions dont nous constatons encore les effets sur plusieurs autres projets en cours de réalisation. »
  • 3 décembre 2019. Emmanuel Macron aux Assises de l’économie de la mer à Montpellier rappelle les engagements pris en matière d’accompagnement du développement économique maritime, d’environnement, d’énergies marines renouvelables. (https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2019/12/03/locean-poumon-de-lhumanite-qui-menace-de-setouffer« Mais c’est un travail derrière qu’il ne faut pas négliger, qui est un travail avec nos pêcheurs et tous ceux qui ont l’usage de la mer, parce qu’il faut que les conflits d’usage soient réglés avant que les parcs ne soient déployés, et là aussi, à chaque fois, nous avons su régler ces problèmes et il faut continuer dans l’esprit de responsabilité. »
  • 5 avril 2019. Courrier du premier ministre Édouard Philippe aux 120 députés s’inquiétant des ambitions EnR de la PPE en projet. (http://gardezlescaps.org/wp-content/uploads/2014/10/Edouard-Philippe-5-avril-2019.pdf« Mais j’ai constaté, dès mon arrivée, les difficultés majeures générées par les décisions des précédents gouvernements concernant les appels d’offres éoliens en mer initiés en 2011 et 2013. Lancés trop tôt, avec des procédures inadaptées et pour des volumes trop importants, ces projets étaient très largement retardés du fait des défauts de leur conception même, alors qu’ils obéraient par ailleurs de manière très substantielle le financement de la transition énergétique. »

Baie de St-Brieuc. Nouvelle enquête publique pour les travaux inutiles de RTE. Les ministères de la Mer et de l’Écologie font le choix de la contrainte.

 

Affichage à la mairie d'Erquy

Affichage à la mairie d’Erquy

Le chantier de raccordement électrique des 62 éoliennes d’IBERDROLA mené par RTE est aujourd’hui BLOQUÉ à ERQUY en amont et en aval du Chemin des Moineries à La Couture.
Pour continuer son chantier, RTE avait besoin d’une autorisation de la mairie d’ERQUY que l’équipe municipale élue sur la base de son engagement à s’opposer au projet d’IBERDROLA lui a refusée. Le Préfet des Côtes d’Armor a donc ouvert une nouvelle enquête publique.
Arrêté portant ouverture d’une enquête en vue de l’établissement des servitudes légales pour le chemin des Moineries sur la commune d’Erquy pour la création d’une liaison électrique à deux circuits à 225 000 volts sous-marine et souterraine dans le cadre du raccordement du parc éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc
 
Nous vous communiquerons des informations complémentaires dès que nous aurons pris connaissance du dossier d’enquête dont voici les principaux éléments ci-dessous. 

x Du lundi 27 septembre à 9H au lundi 4 octobre à 16H30.

x Le dossier d’enquête est disponible à ces dates à la mairie d’Erquy.

x La commissaire enquêtrice se tiendra à la disposition du public à la mairie d’Erquy, le lundi 4 octobre de 13H30 à 16H30.

1

2

3

3BIS

4

6-1

6-3

6-2

7-1

7-2

7-3

7-4

IMG_5907

TÉLÉCHARGER la synthèse non technique de RTE pour l’enquête publique de 2016 RNT

Résumé non technique de l'étude d'impact

TÉLÉCHARGER le fichier RTE contraintes Terre

Synthèses des contraintes à Terre

❌ 4,7 milliards d’euros d’aide d’Etat pour le projet écocide d’IBERDROLA.

❌ 400 millions d’euros pour les câbles de RTE qui ne serviront à rien.

Pour sauver le climat, le compte n’y est pas !

L’argent public est gaspillé !

 

Depuis 3 mois, IBERDROLA détruit méthodiquement les fonds benthiques de la Baie de Saint-Brieuc pour tenter d’installer 62 éoliennes.

IMG_5243
Baie de Saint-Brieuc depuis Erquy. Citation, conclusion débat public Eolien Offshore en Normandie

La baie de Saint-Brieuc se caractérise par :
🔹 Un système hydrologique complexe,
🔹 Une mosaïque d’habitats exceptionnelle,
🔹 Une richesse d’espèces faunistiques et avifaunistiques remarquable,
🔹 Des fonctionnalités variées, présentes sur la frange littorale comme au large.

Non seulement, la Baie de Saint-Brieuc est une zone de reproduction et de nourricerie majeure pour de nombreux poissons, coquillages et grands crustacés, qui permet la concentration d’exceptionnelles populations d’oiseaux d’eau et de mammifères marins (niveau supérieur de la chaîne alimentaire), mais elle est une zone d’exportation pour toute la Manche Ouest, d’où l’importance de préserver l’ensemble des éléments constitutifs de cet écosystème remarquablement géré depuis 40 ans par les organisations professionnelles de la pêche en collaboration avec l’Ifremer.

C’est ce patrimoine naturel exceptionnel que l’industriel espagnol IBERDROLA tente de détruire en pleine saison de reproduction des espèces, « quoiqu’il en coûte », avec l’accord du ministère de la Transition écologique et du gouvernement.

Communiqué du Comité des Pêches des Côtes d’Armor :

« Le développeur et l’ÉTAT sont les seuls maîtres à bord du navire TRANSITION ECOLOGIQUE, IBERDROLA décide et l’ÉTAT exécute, les marins et l’environnement trinquent »

Après 3 mois de forages dans la baie de Saint-Brieuc, sans aspiration des sédiments secs extraits, sans rideaux de bulles pour protéger la faune marine, IBERDROLA n’a pas réussi un seul ancrage de fondation mais a pollué par 3 fois la baie à l’huile hydraulique, transformé les fonds marins en gruyère, et défoncé les habitats rocheux à homards, gorgones et coraux du nord de la baie.

Le 19 mars dernier, devant la Commission nautique locale réunie, IBERDROLA présentait son calendrier des travaux et annonçait une durée de 4 jours de forage pour réaliser un ancrage. Aucun des engagements de chantier annoncés n’a été respecté jusqu’à présent.

Combien de temps encore le Ministère et la Préfecture Maritime vont-ils laisser ce chaos continuer ?

AEOLUS

 

AETHRA

HAVILA SUBSEA

NORDNESS

REM TRADER